CABINET PERRINE Infirmier - DIALYSE PERITONEALE
CABINET PERRINE - ESPACE PARAMÉDICAL DE BOURBON - BIEN VOUS SERVIR, NOTRE DEVOIR
Flash Player doit être installé pour visualiser ce fichier.
   
              
                          DIALYSE PERITONEALE                               
                                                
Définition :    La dialyse péritonéale est l'épuration du sang en utilisant le péritoine comme filtre. Elle consiste en l'élimination des déchets au travers de la membrane péritonéale entre la circulation sanguine de la séreuse péritonéale et un liquide introduit dans la cavité péritonéale, le dialysat.

Cliquez 2 fois sur les images pour avoir les vidéos en mode plein écran:


  


   
                         
                      






Principes de la dialyse péritonéale:   Mise en place d'un cathéter dans la cavité péritonéale : dans le cul-de-sac de Douglas. 
Une partie du cathéter est à l'extérieur où sera introduit le dialysat.    

dialyse peritoneale




Au niveau de la membrane péritonéale, 2 phénomènes :

                                                                   La diffusion:
schéma du processus de diffusion1La diffusion est le transport passif de solutés à travers la membrane séparant les vaisseaux sanguin et le dialysat,  qui permet à l'eau et aux molécules de faibles poids moléculaires de passer dans les 2 sens, en fonction des différences de concentrations de part et d'autres de cette membrane.

schéma du processus d'osmoseL'osmose:                                                                                                          L'osmose, le dialysat a des concentrations en sucre et le sucre a le pouvoir d'attirer l'eau, donc d'attirer le sang vers le dialysat.Association des phénomènes physique dans la dialyse péritonéale

Indications
  • Insuffisance rénale.
  • Glomérulopathie.
  • Néphropathie.
  • Personne autonome et pouvant rester à domicile : personne âgée, enfant, adulte ayant une activité professionnelle.
  • Pathologies vasculaires et cardiaques.
  • Diabétiques.
Contre-indications
  • Paroi abdominale de mauvais état.
  • Patient anurique.
Matériel
  • Dialysat : système de double poche : une poche pleine et une poche vide dont les tubulures se rejoignent en Y.
Dispositif double poche pour dialyse péritonéale
  • Réchauffeur de poche.
  • Balance.
  • Pied à perfusion.
  • Antiseptique.
  • Compresses stériles.
  • Bouchon stérile.
  • 2 clamps.
  • Sparadrap.
  • 4 bavettes.
  • Sac à élimination des déchets.
  • Conteneur à élimination des substances contaminées.
  • Désinfectant de surface et chiffonnette.
  • Nécessaire à l"hygiène des mains.       


Réalisation du soin:
  • Prévenir le patient.
  • Vérifier la prescription médicale ou le protocole de dialyse pour ce patient.
  • Installer le matériel après vérification des dates de péremptions.
  • Installation sur une surface propre et désinfectée au préalable.
  • Installer les poubelles de tri des déchets au pied du lit du patient.
  • Relevé les paramètres : tension artérielle, pulsations.
  • Installer le patient en décubitus dorsal ou en position demi-assise et lui mettre une bavette.
  • Mettre une bavette.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Ouvrir aseptiquement les paquets de compresses et les imbiber avec l’antiseptique dermique.
Drainage du dialysat
  • Vérifier la date de péremption de la poche de dialysat, sa concentration, son volume, sa limpidité, son intégralité et sa témpérature (37°).
  • Suspendre la poche de dialysat au pied à perfusion.
  • Clamper la tubulure allant vers le patient.
  • Effectuer un lavage antiseptique des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Saisir l'extrémité de la tubulure d'extension du cathéter avec une compresse stérile imbibée d'antiseptique, clamper la voie et ôter le bouchon.
  • Adapter l'extrémité de la tubulure d'extension du cathéter à la tubulure de la poche de dialysat en manipulant avec des compresses stériles imbibées d'antiseptique.
  • Mettre la poche vide de drainage en déclive et déclamper la tubulure d'extension du cathéter.
  • Eliminer les déchets et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
Injection du dialysat
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • A la fin de la vidange, clamper la voie du Y allant vers le patient : extrémité de la tubulure d'extension du cathéter.
  • Ouvrir la voie de la poche du dialysat pour purger l'air contenu dans la tubulure dans la poche de recueil.
  • Ouvrir la voie allant du dialysat vers le patient pour injecter la solution dans le péritoine.
  • Eliminer les déchets et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
Fin du cycle de dialyse
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Ouvrir aseptiquement les paquets de compresses et les imbiber avec l’antiseptique dermique.
  • A la fin de l'injection, clamper la voie Y des poches ainsi que l'extrémité de la tubulure d'extension du cathéter.
  • Effectuer un lavage antiseptique des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Déconnecter le système de poches et mettre un bouchon stérile à l'extrémité de la tubulure d'extension du cathéter. Fixer l'extrémité sur l'abdomen du patient.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Réinstaller le patient.
  • Peser la poche de recueil du dialysat.
  • Jeter sans la vider la poche dans un conteneur à élimination des substances contaminées.
  • Eliminer les déchets et désinfecter le matériel utilisé ainsi que le plan de travail.
  • Effectuer un lavage simple des mains ou effectuer un traitement hygiénique des mains par frictions avec une solution hydro-alcoolique : hygiène des mains.
  • Mettre une nouvelle poche sur le réchauffeur.
  • Transmission : quantité de dialysat injecté, quantité de dialysat recueilli, paramètres physiologiques.
Risques et complications
  • Infection : péritonite.
  • Dénutrition : sensation de réplétion abdominale, diminution de l'appétit due à la surcharge en glucose.
  • Douleur lors de l'injection du dialysat : vérifier la température : 37°.
  • Mécanique : obstruction du cathéter, fuite du dialysat, déplacement du cathéter.
  • Biologique : hyperglycémie, hypertriglycéridémie.
Surveillances et évaluations
  • Poids du patient.
  • Quantité et qualité du dialysat recueilli.
  • Diurèse.
  • Paramètres physiologiques : pression artérielle, pulsations, température.
  • Douleurs abdominales.
  • Cahier de suivi.


Séance de dyalise à domicile

 Le tout "à la case", dans un environnement douillé et famillial, et devant la télé s'il vous plaît!!!


Les causes d'insuffisance rénale chronique:
Il existe différentes sortes de maladies et de troubles des reins. L'insuffisance rénale chronique peut être dues à différentes causes. Certaines sont héréditaires alors que d’autres sont acquises ou se développent avec l’âge.

L'insuffisance rénale chronique est souvent associée à une autre maladie, notamment le diabètes et l’hypertension, les deux causes les plus fréquentes, surtout à la REUNION.
 D'autres troubles ou maladies pouvant aussi entraîner l'insuffisance rénale chronique incluent la glomérulonéphrite (néphrite), la polykystose autosomique dominante, l'obstruction des voies urinaires, la néphropathie de reflux, et les troubles du rein causés par certains médicaments ou drogues.
D’autres problèmes peuvent affecter les reins, comme, par exemple, les calculs rénaux, le syndrome d’Alport, la maladie de Fabry, la tumeur de Wilms (enfants seulement), sans compter les infections d’origine bactérienne.

Comment fonctionnent les reins ?
Chaque rein contient plus d’un million de très petites unités appelées néphrons. Chaque néphron possède un filtre minuscule, le glomérule, qui débouche sur un tubule. Les glomérules extraient l’eau et les déchets du sang et les déversent dans les tubules. Une grande partie de cette eau est réabsorbée par les tubules. Les déchets, eux, sont concentrés dans les urines.

 Voici à quoi ressemble un rein:

rein avec vue agrandie d'un néphron


Vue agrandie d'un néphon

Chaque tubule déverse l’urine formée dans une sorte d’entonnoir, le bassinet. Le bassinet se prolonge hors du rein par un conduit appelé l’uretère. L’uretère recueille les urines et les achemine jusqu’à la vessie. À l’extrémité de la vessie, un tube appelé urètre évacue l’urine hors de l’organisme. Normalement, les reins sont capables d’éliminer de l’organisme entre un et deux litres d’urine par jour, selon la quantité de liquide absorbée par l’individu.Normalement, les reins sont capables de travailler deux fois plus que ne le nécessite le bon fonctionnement de l’organisme. En outre, un seul rein en bonne santé peut considérablement augmenter sa charge de travail. Aussi, lorsqu’un rein ne fonctionne plus (ou même si les deux reins perdent en partie leur bonne fonction), le tissu rénal restant peut travailler plus fort pour assurer votre bonne santé.
ALIMENTATION DU PATIENT DIALYSE EN DP:
le bon riz et carry creole chez le patient en D P
Le patient atteind d'insuffisance rénale (IR) dialysé est tenu de suivre un regime assez strict . 
Le régime est "sévère" soit, mais il n'est pas cause d'exclusion dans la vie famililale au moment des repas. Il suffit de bien comprendre les differences existantes entre une alimentation "normale" et le regime de l'insuffisant rénal, et de connaitre les interdits. Bien comprendre sa nutrition,est essentiel , pour bien vivre cette pathologie lourde.
LES LEGUMES: Aujourd hui tres recommandés pour la population générale, ils sont à consommer avec prudence chez le patient dialysé.
De valeur nutritive faible, leur apport en potassium est important et néfaste pour le dialysé. Pour limiter les apports en potassium, il est recommander de cuire les legumes dans de tres grands volumes d'eau ou mieux, de changer l eau en cours de cuisson.Voici, a titre d'exemple, une liste non exhaustive des legumes avec leur teneur en potassium (exprimée en mg pour 100g):Persil 800 - Epinard 529 - Avocat 522  - Ail 446 - Fenouil 430 - Champignon 420 - Pissenlit 420 - Oseille 390 - Artichaut 385 - Melon 300 - Pomme de terre 370 - Betterave 336 - Potiron 323 - Céleri 320 - Chouchou 300 -Chou-fleur 320 - Salsifis 320 ... 
LES FRUITS: Ils sont une source importante d'eau et de potassium et sont donc à limiter eux aussi. Il faut savoir que les fruits cuits en compote ou en sirop sont deux fois moins riches que les fruits frais. Par contre, les fruits secs et oléagineux sont a deconseiller.Voici, a titre d'exemple, une liste non exhaustive des fruits avec leur teneur en potassium (exprimée en mg pour 100g): Abricot sec 1520 - Banane séchée1150 - Raisin sec  780 - Figue séchée 770 - Noix 690- Datte 677- Banane fraiche 385 - Noix de coco 380 - Abricot 315 - Melon 300 -Kiwi 287 -Groseille 280 -Cerise, grenade, prune, raisin 250 -Figue fraiche 232 -Framboise 220 - Letchis 550-longanies 550...
 LES FECULENTS: Les pâtes et le riz doivent figurer au moins une fois par jour dans l'alimentation du dialysé car ils permettent de reguler l'appetit et d'apporter des calories.Les pommes de terre doivent etre laissées à trempées epeluchées au moins deux heures avant leur cuisson pour diminuer l'apport en potassium.Le pain est preferable blanc plutot que complet car il contient des cereales riches en potassium.
LES FROMAGES: Leur interet reside dans leur teneur en calcium et en phosphore. Il est indispensable d'en consommer chaque jour (150 ml de lait et 30g de fromage par jour) sans dépasser 1000 à 1300 mg d'apport en phosphore par jour. A titre d'exemple: 
* un yaourt contient 114mg de phosphore et 150mg de calcium
* 30g de Brie contient 70mg de phosphore
* 30g de Camenbert contient 100mg de phosphore
* 30g de gruyere contient 200mg de phosphore et 30mg de calcium
* 100ml de lait contient 125mg de calcium
LES VIANDES: C'est un aliment riche en protéine. Un dialysé doit veiller à manger une quantité suffisante de viande pour pourvoir a ses besoins quotidiens en protéines . Attention +++, au porc , risque hyper-uricémique sévère.
LES BOISSONS: Il est important de savoir que l'alimenattion apporte a elle seule 800ml d'eau par jour. Une grande partie de cette eau est  eliminée par "les pertes insensibles" c'est à dire la transpiration, la respiration... Si le dialysé n'urine plus du tout, ses apports liquidiens seront le plus souvent limités a 70ml par jour. Il est important de : 
 
* éviter les boissons riches en sodium ou en potassium (jus de fruit, potages, bouillon de legumes, bouillon KUB OR
* limiter les sodas souvent tres sucrés qui peuvent donner soif
* boire en petites quantités reparties sur la journée
* sucer des glaçons en été
* modérer la consommation d'alcool en préférant les vins cuits (porto, martini...) aux alcools nécessitant une adjonction d'eau importante (pastis, coktail, punch...)
Au total le dialyser doit :
*adopter une alimentation suffisament riche en proteines (viandes - charcuteries - oeufs)
*restreindre ses apports en potassium (fruits et legumes)
*consommer au moins une fois par jour une protion de féculents (riz - pates -pomme de terre)
*assurer un apport quotidien suffisant en calcium et phosphore (produits laitiers - fromages)
*limiter ses boissons à 750ml / 24h--> limiter ses apports en sels (au risque d'avoir soif et d'augmenter sa consommation d'eau)